SHI KAI, LES QUATRE FAIBLESSES DU KENSHI

LES 4 FAIBLESSES DU KENSHI

KYO (odoroku) – LA SURPRISE

KU (osoreru) – LA PEUR

GI (utaga.u) – LE DOUTE

WAKU (mado.u) – LA PERPLEXITE

Lors d’un combat, il est important de conserver « Hei Jô Shin » (calme permanent de l’esprit). Or « Hei Jô Shin » est perturbé par les 4 faiblesses.

Bien que le degré de gravité varie selon les individus, personne n’est totalement épargné. Le seul moyen de les surmonter et de réussir en Kendo est de suivre cet enseignement : « pour vaincre les autres, vaincs-toi toi-même » . Le Kendo est un combat que chaque kenshi livre à ses propres quatre faiblesses.

*

La surprise est créée par l’arrivée d’un évènement imprévu. Elle sème momentanément la confusion dans le corps et l’esprit et met le cerveau dans l’impossibilité de juger les évènements avec précision, donc de les traiter de façon adéquate. Pour reprendre les conseils de Takuan Soho (XVIIè sc) l’esprit ne doit pas se tenir quelque part. Alors il n’y a plus de surprise possible. Chercher à prévoir serait une entrave à la liberté d’esprit, donc à l’attitude adéquate au moment opportun.

La peur provoque une sorte de fixation mentale qui immobilise le corps, raidit les muscles et peut même faire trembler les jambes, les mains ou le corps. Craindre, c’est être désemparé par l’influence que dégagent les assauts de l’adversaire, et ne plus être capable de faire vivre son kendo.

Le doute, c’est douter de ses propres capacités et penser que ses assauts n’aboutiront pas. Il survient quand les actions de l’adversaire sont difficiles à saisir clairement, il paralyse la capacité de jugement, fait oublier toute prudence. Quand le kenshi ne croît plus à la justesse de son propre kendo, il est perdu. L’entraînement en Kendo vise à vaincre le démon du doute.

La perplexité est une incapacité à agir, par confusion mentale qui entrave la faculté de décision instantanée. Sous l’empire de la perplexité, une appréciation rapide et des mouvements justes deviennent impossibles. Doute et perplexité sont proches parents, ils entraînent de graves dangers. Les exercices répétés du keiko, les kihons, la culture approfondie de la technique et l’effort de connaissance de soi-même représentent le socle sur lequel peut s’édifier un kendo sûr, non perplexe, sans hésitations. Reviens inlassablement aux éléments fondamentaux.

*

Les 4 faiblesses sont étroitement liées. Elles ont pour origine les caractéristiques propres de la personnalité du kenshi, qui s’améliorent avec le travail et s’aggravent sans le travail. Shinaï en main, ne compte pas tes efforts si tu veux te débarrasser au mieux des 4 faiblesses.